Quand la danse contemporaine parle dans le vide (lol).

Publié le par SaintLaz

La danse est art anoral.

An-oral : qui ne se transmet pas avec des mots. (Je barbarise si je veux.)

Par contre, la danse est un art qui utilise des mots pour justifier de son contenu. Parce qu'il faut partager l'expérience de la danse, l'émotion qu'elle dégage, que l'on soit spectateur ou danseur. Une façon pour les élites intellectuelles de se l'approprier, aussi. Une manière, pour eux, de l'enoblir, mais aussi de se la garder, pour la magnifier sans qu'elle retombe dans le giron du populaire. La danse contemporaine - conceptuelle - en est le plus criant support.

Un récent exemple m'a fait PLEURER de rire. Vois plutôt...

"Gravity. La gravité est d’abord celle du corps, d’une physicalité éprouvée qui cherche à s’émanciper. Conçue pour un quatuor de danseurs, la pièce joue des symétries et des différences pour traiter l’attractionrépulsion au coeur de la relation interpersonnelle. Dans la finesse, puis dans l’énergie, cette danse exprime la féminité et la masculinité, la colère et la complicité, la lutte et la réconciliation en passant de l’animalité à l’humanité. Une interprétation brillante et pleine d’énergie. Priorité est donnée au mouvement et à l’expressivité du corps comme témoin de la pensée et des sentiments. Une danse généreuse à l’esthétique sensuelle des corps. "

Décryptons le sens réel de chacune de ces phrases si on leur retire leur pompeuse forme :

Gravity. Un titre en anglais, parce que c'est plus classe que le français - tous les arts y ont recours - mais qui traduit surtout l'envie du chorégraphe de vendre son spectacle à l'étranger.

La gravité est d’abord celle du corps, d’une physicalité éprouvée qui cherche à s’émanciper. La gravité est D'ABORD celle du corps. Tu noteras qu'il n'y a pas de "ensuite" ou de "par ailleurs". C'est donc que la gravité est avant tout celle du corps. Mais on ne saura jamais de quoi d'autre. Bref. La gravité est celle (...) d'une physicalité éprouvée : simplifions : quand on ressent son corps, on sent avant tout son poids. qui cherche à s'émanciper : on ne veut plus peser. Reprenons en français courant : Le corps a un poids qui est la première chose que l'on ressent, mais on ne veut plus le ressentir.

Conçue pour un quatuor de danseurs, la pièce joue des symétries et des différences pour traiter l’attractionrépulsion au coeur de la relation interpersonnelle. Symétrie = les corps font pareil = mouvements d'ensemble. Différence = les corps font pas pareil = solis. Attraction = les corps vont les uns vers les autres. Répulsion = les corps s'éloignent les uns des autres. Relation interpersonnelle = danse les uns en fonction des autres. Reprenons en français courant : les 4 danseurs, ensemble ou pas, vont vers les autres, se séparent, et ça montre ce qu'on peut faire en danse quand on est plusieurs. C'est tellement original...

Dans la finesse, puis dans l’énergie, cette danse exprime la féminité et la masculinité, la colère et la complicité, la lutte et la réconciliation en passant de l’animalité à l’humanité. Finesse = doucement. Dans l'énergie = vite. -> Tempo. féminité vs masculinité = Genre. colère / lutte vs complicité / réconciliation = on s'aime vs on s'aime pas -> Thème. animalité vs humanité = Esprit. En français commun : Cette danse exprime rien de très neuf sur le plateau depuis les années 90.

Une interprétation brillante et pleine d’énergie. Oui parce que des fois, on te présente des spectacles mal interprétés et chiants, vaut mieux le préciser.

Priorité est donnée au mouvement et à l’expressivité du corps comme témoin de la pensée et des sentiments. La danse donne priorité au mouvement pour exprimer la pensée et les sentiments ? WOW. QUELLE TROUVAILLE.

Une danse généreuse à l’esthétique sensuelle des corps." Oui parce que des fois, la danse donne rien, sinon des fautes de syntaxes à but littéraire aka intello aka chiant.

Reprenons donc l'ensemble :

Gravity (parce qu'en anglais c'est plus vendeur). Le corps a un poids qui est la première chose que l'on ressent, mais là on ne veut plus le ressentir. Les 4 danseurs, ensemble ou pas, vont vers les autres, s'éloignent, et ça montre ce qu'on peut faire en danse quand on est plusieurs. Cette danse exprime rien de très neuf sur le plateau depuis les années 90. Ils dansent bien, ça donne la pêche. Ils dansent parce qu'ils veulent s'exprimer avec le corps. Ils se donnent à fond, et en plus c'est joli.

Avoue que ça donne tout de suite une autre idée du spectacle... Applaudissons donc le généreux auteur de ce CHEF D'OEUVRE littéraire digne d'un 6e quia ouvert un bouquin de synonymes.

Publié dans Grands mots, Danse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article