Générique

Publié le par Charlie

Toi aussi, tu as ta propre théorie sur l'importance du générique pour que la série soit un succès ? Bon, on va pouvoir comparer. Je te préviens déjà qu'il va en manquer tout plein, des séries. Mais je ne parle que de celles que je connais ... Les deux énormes hits télévisuels de ces derniers temps sont, reconnaissons-le, Dexter et Desperate Housewives. Que peut-on en tirer, comme idée, sur le générique ? Rien de commun, ou presque. sans doute parce que les deux séries ne s'adressent pas au même public ... ou pour d'autres raisons qui m'échappent. Dexter (voir ici), c'est ironique, acide, ça résume très bien le sentiment que l'on a devant cette série : tout est découpé, giclant, cinglant, saignant ... on s'imagine des trucs atroces ... mais en fait, on adore ça. Viscéralement :) Pareil : Desperate Housewives (ici), donne déjà le ton dès le générique. De l'humour, de l'imprévu, de la rupture de clichés, et de quoi plaire à tout le monde. Ici, on va montrer, on va expliciter, on va même malmener l'image de la femme américaine, qui n'est pas si loin de la femme occidentale. Le tout sur un ton guilleret et sympa, comme la musique de Danny Elfman le suggère.

On les aime, nos séries ... Mais c'ets bien parce qu'on accroche aux génériques.
Si je ne chantonne pas la chanson du générique, c'est qu'en fait la série ne me plaît que moyennement.

Première catégorie : les génériques COURTS.

How I met your mother . C'est signé The Solids (Hey Beautiful, écoutez à partir de 3'05)

Scrubs fait pareil. On n'a presque pas le temps de voir que tous les personnages passent à l'image. Mais c'est pa simportant, puisque ce n'est pas ce qu'on attend de LA série où la voix off est souvent plus drôle que les scènes ...


Grey's Anatomy aussi :


Dans le même genre ("court et qui ne montre pas les comédiens") que Grey's, il y a Coupling. Certes, en plus ... abstrait. Une petite reprise jazzy de Perhaps, perhaps, perhaps, qui promet donc une série sensuelle et lounge. Bon, on n'y préssent pas du tout le côté hilarant de la série, mais comme je te l'ai dit, tu le sais, maintenant ...


Dans la catégorie "Courts mais bon", il y a quand même une série qui abuse parce qu'elle fait de l'auto-spoiler : Battlestar Galactica. Non, pas celle des années 1970, la nouvelle génération. Le générique d'ouverture met systématiquement des images de l'épisode à venir. Le but avoué est sans doute de donner envie de savoir comment on en arrive là, mais c'est une façon d'avouer qu'après une saison et demi, on doit encore appâter le spectateur ... qu'il n'est pas fidélisé, en fait. Au final, le spectateur accroché à B-G finit par trouver de quoi s'occuper pendant ce court générique, histoire de préserver ses découvertes dans l'épisode à venir ...
Faire court, c'est donc à la mode. Pourtant, quelques uns résistent encore.

Seconde catégorie : les génériques LONGS
Car parfois, plus c'est long, plus c'est bon. Et c'est LA que la musique compte vachement.

The Tudors. C'est signé Trevor Morris, et j'en avais déjà parlé .

Il y a des génériques qui se voilent la face. Ils donnent à croire que la série va être géniale, et puis en fait ... ben ... on n'accroche pas forcément. C'est le cas de Californication. je sais, mais moi, j'aime vraiment pas des masses. Alors que le générique est plutôt cool.

Alors que d'autres sont très lucides. Le générique d'Un, Dos, Tres est joli à regarder (tous ces jolis mouvements dansés, avec des jolis ralentis ...) mais promet une série bien nase (mal interprétée, sans fond, improbable, mielleuse ... Bingo !). Regarde par toi-même :


Oui, je sais, ça pourrait durer longtemps. Mais regarde ces extraits avec recul, et demande-toi ce qu'ils racontent. Et qui ils visent. Parce que bon, tout le monde n'est pas touché par tout, hein, je t'apprends rien.

Publié dans Vidéo

Commenter cet article