Comme le temps passe ...

Publié le par Charlie

Bam bam bam bam bam bam bam bam bam bam …

Laurent, je dois bien avouer que j’étais inquiet. Lors de la Nuit de l’Electro, au Grand Palais, j’étais au stade ultime du plaisir-de-partout, avant que tu n’arrives : Siskid et Karmil avaient mis une ambiance incroyable,  Yuksek, fidèle à lui-même, avait sublimé le tout … et toi, avec ton électro molle d’apéritif dînatoire, tu m’avais littéralement bercé, si bien que j’avais somnolé sur la pelouse. Et pourtant, j’avais bu que du coca. Alors quand j’ai appris que tu avais signé la bande-annonce du dernier Preljocaj, Et suivront mille ans de calme, je dois bien avouer que j’ai un peu frissonné.

187980932.jpg

Bam bam bam bam bam bam bam …

Finalement, je dois t’applaudir. Autant en live t’as rien déchiré, autant dans ce spectacle, c’est un excellent boulot que tu as fait.

Quelque part, je m’interroge sur la genèse de ce spectacle. On ne devrait pas dire « le dernier Preljocaj », mais « le Preljocaj-Garnier-Gupta ». Ou même « Garnier-Preljocaj-Gupta », parce que, pour moi, la musique précède la danse, lorsqu’elles sont unies dans un spectacle. J’entends par là qu’on peut danser sans musique, mais on ne peut pas danser avec de la musique : on se doit de danser SUR la musique. Bref, pourquoi G-P-G ? Pourquoi ? Parce qu’ici, il n’y a pas un artiste qui puisse damer le pion aux deux autres. Qui a composé quoi en premier ? Est-ce toi, Laurent ? Est-ce Angelin qui a dansé, qui t’a montré, qui t’a inspiré ? Est-ce Subodh, le merveilleux scénographe, qui a insufflé ses idées aux deux autres ?

blog_576_vignette.jpg

Bam bam bam bam bam ...

En tout cas, l’effet est bluffant. Imagine donc ce que ça représente pour nous, pauvres hères sans talent : une légende de l’électro, un scénographe excellent, un chorégraphe exceptionnel, un corps de ballet à la pointe de la technique mêlé à une des compagnies les plus acclamées qu'il soit … Il n’y a rien à dire : on en a prix plein les yeux, les oreilles et tous les nerfs de la peau pour facilement plusieurs semaines. Ce spectacle, c’était juste … c’était juste … c’était Juste.

Laurent, tu transmettras à Angelin ma demande en mariage, hein.

Bam bam bam ...

20100922PHOWWW00037.jpg

Et suivront mille ans de calme

Chorégraphie Angelin Preljocaj
Scénographie Subodh Gupta
Musique Laurent Garnier
Costumes Igor Chapurin
Lumières Cécile Giovansili

Publié dans Danse

Commenter cet article