De la divinité du regard humain

Publié le par Charlie SaintLaz

Nestorianisme, monophysisme, arianisme ... Ca ne te parle pas ? Appelle Acadomia.

Sans rentrer dans les détails, on peut dire que ces trois courants de pensée se séparent sur un seul point de vue : la nature du Christ. Divin ? Humain ? Les deux ? Et la Trinité, dans tout ça ? Compliqué. Toujours est-il qu'au XVIIè siècle, un peintre flamand prénommé Rembrandt s'est attelé, en tout bon chrétien qu'il, à la représentation du Christ. Mais attention, hein, pas pouf-pouf comme ça, on verra bien, il s'est penché sur le visage du Christ, sur son expression, sur ses traits, sur son regard, limite il s'est demandé s'il avait plutôt les yeux en amande ou plutôt ronds ...

Le résultat de ses recherches est présenté au Musée du Louvre, au sein de l'expo "Rembrandt et le visage du Christ", jusqu'au 18 juillet dans le hall Napoléon.

 

Etonnante expo, très réussie grâce, notamment, à la richesse du corpus d'oeuvres présentées (gravures, tableaux, lithographies, esquisses, ...), au texte d'accompagnement, plutôt inventif et précis, et à l'excellente scénographie signée Emmanuel Pérotti.

souffrantAlors, ce Christ ? A quoi ressemblait-il ? Rembrandt s'est posé la question : cet homme, tout divin qu'il est, est supposé avoir souffert sur la Croix, ultime sacrifice de Dieu pour les hommes ...  C'est le pari que prend Rembrandt : Jésus crucifié a souffert, son visage ne peut donc pas être serein, tendre ou ferme : il doit être tordu, crispé, la douleur doit s'y lire ... Crucifié mais encore vivant, Jésus doit être lumineux mais déformé par cette vague sourde de douleur insupportable. Que fait Rembrandt ? Il le montre le corps tendu, le visage grimaçant, l'oeil désespéré. (ici, à droite)(je sais, c'est trop petit pour le voir, mais je veux juste te tenter pour que tu y ailles comme un(e) grand(e)).

Il souffre, et c'est tout ? Non, tu penses bien : l'histoire de Jésus est assez longue pour en faire toute une série de tableaux. Comment représenter le fils de Dieu - une part de la Trinité quand même ! - dans sa vie de tous les jours, qui est à la fois une histoire simple et l'Histoire Sainte. Quel regard, quelles expressions, quels traits donner au Christ ? L'expo est, à ce sujet, vraiment passionnante : doux, lumineux, incroyable de tendresse et de simplicité, le Christ de Rembrandt, pour lequel l'artiste a utilisé un modèle unique, rendant son Christ reconnaissable, possède un visage rond, un visage simple - celui d'un Juif lambda, fils de charpentier - : le Christ est un homme normal, mais il l'habite d'une humanité perceptible, d'un regard vivant, en faisant un homme quasi-réel, un homme que l'on aurait pu connaître, un homme proche de nous : le Christ est un modèle d'humanité, un homme dont les actes sont communs, pour un destin tragique, épique, héroïque. Si si, je t'assure. Et toi, pauvre spectateur, tu te laisse happer par ce regard vieux de 4 siècles, tu es désarmé par l'infinie sympathie qu'inspirent ces tableaux. Merci Rembrandt.

 

 

contre-jourRembrandt et le visage du Christ

 

Musée du Louvre - Hall Napoléon

Jusqu'au 18 juillet 2011

 

9h-18h (21h le mercredi et le vendredi)

(fermé le mardi)

 

Info/Résa : www.louvre.fr

01 40 20 53 17

Publié dans Tendance

Commenter cet article