Le Coca, c'est hype.

Publié le par Charlie

Je n'sais pas pour toi, mais quand je sors en soirée, j'me fais toujours la même remarque quand à ma consommation d'alcool : elle est immuable. Je finis toujours au coca.

 

C'est pas que je me dise "Fais gaffe, tu vas encore être bourré", non. D'abord parce que j'aime pas les gens bourrés, donc y'a pas de raison que je me mette minable juste pour suivre la troupe. A la limite, quand je picole trop (souvent, à coup de vin), je le regrette pas, c'est sympa cette petite sensation de flottement*. C'est juste que l'alcool me fait dormir. Genre à 3h du mat', je pique du nez, quel que soit l'endroit où je me trouve. Si si, ça m'est déjà arrivé de m'endormir pendant les préliminaires. De toute façon, je suis du matin, moi.

Donc, en gros, l'alcool et moi, on reste amis, mais faut pas qu'on soit trop intimes trop longtemps.

 

C'est pas à ça que je voulais en venir. (I am the King of Digression)

Tu dois bien avoir un alcool fétiche, quand tu sors. Le truc sur lequel tu te rabats parce que t'as pas envie de réfléchir et que tu sais que tu aimes ça, de tout façon. Banco. Y'en a, c'est le mojito, d'autres, le whisky sour, le cosmo ou le gin tonic. Moi, c'est le Sex on the beach (ouais, je sais, ouais). Sauf qu'en soirée, en club ou dans les petits cafés à ambiance, c'est pas toujours gagné. Du coup, je me rabats souvent sur le Martini (sooo provincial) ou encore le whisky coca.

Mais au fond, je bois en fonction de ce que j'ai envie sur le moment. Et quand je sens que l'alcool me monte à la tête, je n'ai plus envie d'alcool. Tant et si bien que je finis au coca.

 

Coca.jpgC'est naze, le coca, en soirée. Ca fait mec qui va prendre le volant. Mec sérieux. Bref, pas très fun. Alors avec les nouveaux parfums, y'avait moyen de se rattraper. Mais le Coca Lemon, c'est pas bon. Le Light, c'est carrément infect. Le Cherry, rien que d'y penser, j'en ai des hauts le coeur. Et le Zéro ... too gay. Rien de tel que le bon vieux Coca Cola, celui qui fait teenager américain en jean et chemise à carreaux. Sauf que teenager ... ben c'est bien quand on l'est, moins quand on a 15 ans depuis 10 ans.

So what ? Pour avoir l'air moins ring', Coca a souvent repensé son packaging. Avec Nathalie Rykiel ou Ellen von Unwerth. Y'en a eu plein plein plein. Et puis je suis tombé sur les deux éditions collector du moment, à Paname. Mika Coca (à gauche) et CoKarl Lagerfeld Light (à droite) (au milieu, une bombe pour laquelle Coca se bat déjà pour tourner une pub). Je les trouve sympa. Bon, de là à dire qu'il y a un retour de la hype pour le Coca, ce serait aller un peu vite.

 

Depuis, je n'ai plus honte de me finir au Coca.

 

En vrai, j'ai jamais eu honte.

 

 

 

 

 

* L'alcool, c'est avec modération, hein.

Publié dans Tendance

Commenter cet article