Lettre de Mylène Farmer à son orthophoniste.

Publié le par Charlie SaintLaz

Ultra-sons

Mylène Farmer, cette espèce d'incontournable machine à records qui truste le Top50 avec passion depuis près de 30 ans, revient avec son 9e album studio, Monkey Me. Je ne sais pas si tu l'as écouté (personnellement, je n'ai pas tenu jusqu'au bout de l'album, j'ai du respect pour le temps qui passe), mais la chanteuse semble n'avoir plus qu'un seul objectif : le contre-contre-ut. Dans un courrier ouvert, la star inaccessible (sauf pour 130€ à Bercy) demandait de l'aide à son orthophoniste (un job à finir milliardaire, avec une telle patiente !) pour retrouver plaisir à chanter normalement. Le courrier sera étrangement familier aux aficionados...

 

Cher Marceau,

 

Je ne comprends pas les critiques sur ma voix dans ma dernière arnaq merveille musicale, Monkey Me. Ca me fait du mal à moi. Donc à toi, à demi-mot. C'est vrai, on a tellement travaillé ensemble... J'suis allée en parler à Claire sur TF1, mais non, ça a laissé mes paroles sans écho. Laurent me dit de m'y faire, mais Pourquoi m'y faire ? Ils n'entendent rien de ce que je dis dans mes chansons, ces cons de blogueurs musicaux. C'est comme si j'étais, moi, noyée dans l'eau au fond de la piscine (Isabelle sait de quoi je parle, tu vois), ça me rappelle nos discussions à LA, quand tu n'oses pas les mots "thérapie vocale" parce que tu ne veux pas me froisser. M'enfin, tu vois, je me sens la rosée risée de tous, l'accueil est glacial, je gèle.

Alors je sais, tu vas me répéter que "Quand les mots s'arrêtent sur tes lèvres, tu as l'air plus mièvre". Quand j'y pense, toi qui trouve que je chante avec mon coeur, dis moi quand sauras-tu dire que nos coeurs ont vu trop grand ? Parce que tu m'as bien poussée dans les aigus, hein, mais là, même mes fans ont du mal... Non, quand je vois ce qui reste d'Indochine ou de Téléphone, je m'inquiète : pour nous, vieilles gloires des années 80, les étoiles tombent une à une. J'ai du pot ! Je voudrais pas en arriver au pire : quand les bougies sont de fortune. T'imagines ? Refaire le clip de Souviens-toi du jour avec des chauffe-plats ? La lose. Ah non, ça me fout un de ces cafards... et ces vagues de nausées... tu vois, j'ai l'âme enserrée.

Bref, j'ai besoin de savoir : Comment t'y prends-tu (Au moins le sais-tu ?) pour mener ta vie sans me faire travailler les notes graves ? Tu ne culpabilises jamais ? Je sais que c'est pas facile, hein. Dans le vent, j'entends tes renoncements. Faut m'aider, sinon mon prochain cédé sera avec David Guetta. La mélodie médisance est dure et se répand.

Tu m'rappelles ?

 

Bisous.

MylèneF.

 

Je crois qu'on sait d'où vient l'apauvrissement de ses textes...

Publié dans Tendance

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article