Sacrilège

Publié le par Charlie

Tu vois, il y a des trucs dans la vie qui semblent juste inimaginables, mais qui arrivent quand même.

Je te parle pas d'exploser des avions dans des tours : ça, c'est terrible, mais pas si inimaginable. Je te parle pas non plus de mettre des pois avec des rayures, le bon goût, c'est comme le bon sens : tout le monde n'en a pas dans les mêmes proportions.

Non, là, je te parle de voler le panneau "Arbeit macht frei" d'Auschwitz. Si.
Vendredi dernier, plusieurs personnes (5 suspects) ont volé le panneau en métal qui ornait l'entrée du camp d'extermination nazi d'Auschwitz-Birkenau, en Pologne. Nul n'ignore, j'espère, de quoi il s'agit. Il a été retrouvé découpé en 3 morceaux hier soir et rendu au musée du site.

arbeit_macht_frei.jpgQu'on soit néonazi, négationniste ou simplement nostalgique de ce temps où on marchait au pas, je peux comprendre : il y a des petits détraquements dans l'esprit de chacun qui mènent parfois à préférer l'atrocité assumée aux petits mensonges qui rongent. Je ne cautionne pas pour autant, hein : y'a quand même des idéologies dangereuses qui ont, hélas, déjà fait leurs preuves. Le national-socialisme allemand (NAtional soZIalismus) sous le IIIè Reich en fait partie.
Qu'on ait donc des penchants dangereux pour les idées d'eugénisme, de supériorité des races et de sélection naturelle poussée à l'extrême, je veux bien. Chacun ses problèmes. Mais qu'on aille jusqu'à salir des monuments historiques rentrés dans le répertoire symbolique de l'Humanité (ou du moins, de l'Histoire collective occidentale), c'est un peu ... too much.

Il faut dire qu'en Occident, on est TRES sensible à l'Histoire. La destruction, en 2001, des Bouddhas de Bamiyan par les talibans sous prétexte que "l'Afghanistan est un pays musulman" avait choqué l'opinion internationale au même titre que "les Suisses refusent la construction de minarets" (mais en plus fort). Résultat : le vol du panneau d'Auschwitz est un crime à double titre : 1) Il salit un monument historique. 2) Il salit la mémoire collective qui tente, depuis 50 ans, de se rentrer dans la tête que la destruction massive et systématique d'êtres humains, c'est mal. Bref.

Je veux bien qu'on ait des idées de taré, mais quand même, il y a des limites. Et encore plus dans notre cas, puisqu'aucun des suspects arrêtés ne semble proche des idées néonazies. Non mais franchement...

Publié dans Les gens

Commenter cet article