Xanthie (I love you Phillip Morris)

Publié le par Charlie

i-love-you-phillip-morris
Tu sais quoi ? En amour, parfois, on ne sait pas ce qu'on fait. On croit qu'on en fait un maximum pour l'être aimé, et en fait, on se rend compte a posteriori qu'on est passé à côté de l'essentiel. C'est un peu ce qui m'est venu en tête lorsque j'ai vu I love you Phillip Morris (grâce au Chaphobe).

i-love-you-phillip-morris-2010-15302-1282355786.jpgSteven (Jim Carrey) est marié et a une fille. Mais Steven est gay. Un accident de voiture lui fait réaliser qu'il doit changer de vie : désormais, il s'assumera. Sauf qu'être gay, ça coûte un fric ... monstrueux. Toute sa vie, il va jouer les escrocs. Fraude à l'assurance, détournements de fonds, fausses identités ... Steven est un garçon pétri par un seul idéal : donner à la personne qu'il aime tout ce qu'il considère comme constitutif du bonheur. C'est noble, c'est adorable. Il va ainsi chercher à offrir à Phillip, qu'il rencontre en prison, une vie merveilleuse. Comprendre : loft, bagnoles, bijoux, fringues, vacances, ... Steven analyse la réalité et l'utilise pour créer et apporter le meilleur à Phillip. Il prends des risques incommensurables, joue avec les vies et les créations des autres sans ciller, juste pour atteindre son but honorable. Quelquepart, sa course aveugle au bonheur lui coûte cher parce qu'il outrepasse les règles. Sinon, sa quête reste très belle, infiniment romantique, d'une générosité absolue. C'est touchant. Qu'il se fasse passer pour un séropositif en fin de vie pour s'échapper et revenir en avocat sauver son Phillip, ça devient quand même un tantinet extrême, mais vu qu'il fait dans la surenchère ... Bref. Steven est un enfant qui refuse de grandir.

i-love-you-phillip-morris-2010-15302-1842613726.jpgPhillip (Ewan McGregor) est un xanthie. Un papillon nocturne jaune et roux. Sauf que Phillip a les yeux bleus, lui. Envoyé en taule pour des bêtises, il se laisse faire. Il se protège autant que possible d'un monde qu'il trouve agressif, dont il ne comprend pas tout, sinon les règles de base. C'est un coeur énorme, un garçon profondément gentil, relativement effacé, qui goûte son bonheur simple et ne cherche qu'une chose : les bonnes vibrations. Être deux, sans chercher trop loin, sans se prendre la tête, dans l'honnêteté et la simplicité, y'a que ça de vrai, pour lui. Il est couvert d'attentions par Steven dès leur rencontre en prison, et ça, ça lui plaît. Au fond, Phillip est un enfant qui n'arrivera pas à grandir.

Jusque là, il ne semble pas y avoir de souci. Sauf que ...
I love you Phillip Morris montre sans ambages mais avec tendresse que ces deux-là, aussi joli soit leur amour, sont en fait entrain de courir à leur perte. Steven cherche à couvrir Phillip de son bonheur. Mais en faisant ça, il ne respecte pas le mode de pensée de Phillip. Il viole plusieurs fois le code moral de son amant. Ils ont la belle vie, mais ce n'est pas de ça dont rêve Phillip. Et, naturellement, un gouffre s'établit entre eux : la chute est dure. Très dure. Pour eux deux.
iloveyouphillipmorris-kiss.jpg
En dehors de ça, I love you Phillip Morris est une belle comédie. On rit beaucoup, aussi bien de situations que de choses plus profondes. Si le film aborde certains clichés, il reste respectueux d'une certaine réalité, d'une certaine pudeur, et surtout des sentiments. Le rythme est soutenu, ne traîne jamais vraiment. Le spectateur oscille entre sourire tendre, éclats de rire francs, tristesse et mélancolie. Un bon moment ... même si ce ne sera pas le film de l'année.

Publié dans Ciné

Commenter cet article