Y'a qu'à écouter, aussi... tome 2

Publié le par Charlie

On continue la "revue de sons" de la semaine avec trois autres découvertes auxquelles on adhère ... ou pas.

# Danton Eeprom Yes is more
Yes is morePop ou techno ?
Parce qu'apparemment, le petit Danton sépare bien les deux styles. Une façon de toucher deux publics différents ? Passons. Le CD peine à trouver mon oreille, en tout cas. Des premiers titres, je n'entend que pop triste et techno molle. Je ne m'en servirais même pas de fond sonore dans une soirée. Le premier titre qui semble sortir du lot, lorsqu'on écoute le fil de l'album, c'est Lost in music. Electro-pop, très positif, avec un son qui monte peu à peu, le morceau fait vraiment un petit feu d'artifice. En duo avec Erika Forster (d'Au revoir Simone), il fait un peu musique de club, mais semble idéal pour se donner la pêche dans le métro. Si si. Le suivant, Attila, joue su rle côté cinématographique : on s'imagine très bien une traversée de champ avec une maison en flammes en arrière-plan, le tout filmé au ralenti ... Joliment transcendant, très porté sur ces sonorités aériennes qu'on croisait souvent dans les années 90. Agréable ? Très. La fin de l'album retombe dans quelquechose de plus simple, de plus doux ... sans relief, presque. A noter, l'instrumental What's a balloon but a bag of air, tout planant.

# Charlotte Marin Trentenaire à vif
Trentenaire-a-vif.jpgVariét' décalée et ... hilarante !
Voilà de quoi se dérider en bougeant la tête de gauche et de droite. Ca fait du bien ! Boire ou bien se conduire est une petite pépite de variét-pop très entraînante, avec un texte drôlissime sur les errements d'une fêtarde dans une soirée où "toutes les routes mènent au rhum" ! Avec une voix proche, dans sa tessiture, de celle de Lynda Lemay, elle a le même franc parler mais n'hésite pas à jouer du gros mot : on se sent complètement dans la tête de cette blondinette qui ne se laisse pas faire. Desesperado joue du désespoir en bar PMU quand l'homme-de-ses-nuits ne rappelle pas. Le plus beau jour de ma vie nous parle de mariage sur le thème "C'est la merde" : on sourit devant le contraste musique joyeuse / texte désespéré ! "je ferme ma gueule et je subis les souvenirs humiliants ..." "il dort déjà comme un gosse, super la nuit de noces !". Après autant de bonne humeur, vient enfin une ballade un peu triste, Mamie. 20h30 (relifté) joue sur le premier rencart avec humour ... jusque dans son clip. Le reste de l'album joue les mêmes cartes : humour, musique enjouée et toujours tendre, voix chantante ou parlée ... A ne pas manquer !

# Arnaud Fleurent-Didier La reproduction
La-reproduction.jpgAccents seventies et mélancoliques.
Un album qui s'ouvre sur une mélodie aux violons et une voix parlée : France Culture parle de clichés, d'apprentissage, d'absences, de famille et d'étapes. C'est gainsbourien par moments, c'est plutôt agréable. La suite est sur le même thème : petite histoires du quotidien, entre balades dans le quartier de l'Europe, mai 68 et risotto aux courgettes. Reproductions, symbole du CD donc, est entre piano et grattages de guitare espagnole, avec sample de synthé en fond : il parle, il te parle, il nous parle. Et c'est chouette. On se croirait, par moment, dans l'évolution positive qu'aurait dû suivre Vincent Delerm, s'il avait su ne pas jouer de sa voix tremblante. Fleurent-Didier, lui aussi, cisèle en effet ses mélodies, n'hésitant pas à faire intervenir envolées de violons et rythmique jazzy, et pose par dessus tout ça une voix presque monocorde quand il ne joue pas dans le registre seventies à la Gérard Lenorman (sur My space oddity, par exemple), au texte simple mais ... efficace. Petites notions de philo de la vie, philo de comptoir, ou petites poussées politisées. Malgré tout, on se demande : hommage, dérision ou réinvention de cette chanson française qui se la joue un peu trop mélo ? En tout cas, le tout fait plutôt plaisir. A l'image de Si on se dit pas tout, qui clôt l'album avec une petite mélancolie (sans doute liée à la guitare un peu andalou sur les bords ...).

En direct de mes oreilles, à vous les studios !

Publié dans Sons

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article