Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Se souvenir des belles choses... #2016

Publié le par SaintLaz

Publié dans Tendance, La vie, Bilan

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Il l'a dit - Laurent Bon, la culture et la télé

Publié le par SaintLaz

Télépoubelle culturelle ?

A l'heure du règne de la société télévisée du divertissement, qui préfère s'amuser plutôt qu'apprendre, la culture a été reléguée au statut de bien de consommation, tout juste bonne à être promue pour être achetée, et non pas évoquée pour être expérimentée : la construction de soi passe plus par le rire que par la culture, au grand dam d'arte ou des émissions-culturelles-qui-passent-tard-le-soir.

A ce constat, le producteur Laurent Bon apporte une critique...et une contre-proposition :

"La culture, à la télé, c'est soit de la pure promo, soit un domaine d'initiés. Pourquoi, dès qu'on parle d'art, se retrouve-t-on sur un plateau avec un ton chichiteux et des lumières feutrées ? Avec Stupéfiant ! (sur France2, ndlr), nous disons que la culture est tellement présente dans nos vies qu'il faut la traiter comme n'importe quel sujet d'actualité. Notre premier reportage fut consacré à la couleur noire. Un choix radical. Ces enquêtes au croisement de l'esthétique et du business sont particulièrement difficiles à réaliser, car le milieu culturel n'a pas l'habitude des caméras, encore moins de l'investigation. Or, on pense vraiment que la culture peut sauver des vies, par ricochet que la télé qui parle de culture le peut aussi. Et je trouve intéressant de le faire avec Léa Salamé, qui défend à fond cette vision. Elle n'est pas une journaliste spécialisée, mais une bonne journaliste tout court. La culture n'a pas été abordée une seule fois pendant la primaire de la droite et du centre, c'est fou, quand même !"
                     (in Télérama du 14 décembre 2016)

Le renouvellement de ton d'une seule émission permettra-t-il d'arracher les masses au divertissement où leur esprit a préféré s'embourber ? Si nous lisions le monde en clivant la société entre cultivés et incultes, on pourrait le croire. Sauf qu'il ne s'agit pas de ne s'adresser qu'à ceux qui sont déjà cultivés - en vrai, si l'on descend de notre piédestal, "qu'à ceux qui s'intéressent déjà à la culture" - mais de trouver une façon d'évoquer la culture qui intéresse le plus grand nombre, et démystifie cette culture souffrant de son image qui la réserverait aux CSP+ et aux profs (spectacle vivant, expos, classique, littérature...). Ainsi, ce n'est pas une tâche relevant de la guéguerre élites/masses, mais une question de fédération des goûts culturels éclatés - une approche nouvelle de la façon de parler de la culture, à la mode si l'on considère le renouvellement désiré du discours politique ou économique. Passionnant, donc, et à suivre.
Politique, économie, culture : les trois branches du vivre ensemble ?

Publié dans Tendance, Télévision

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Aux innocents les mains pleines.

Publié le par SaintLaz

Bras longs et idées courtes.

D'un vote à l'autre, le monde ébobi constate que la démocratie balaye le passé, le présent, le futur d'un revers de la main, soit disant pour reprendre son destin en main, l'enlever des mains de ceux qui, en sous-main, ont fait main basse sur le pouvoir et, sans y aller de main morte, nous auraient réduits à leur manger dans la main. Prenant leur courage à deux mains, les petites mains ont, à main levée, décidé que les rênes changeraient de main, et, prêtes à en venir aux mains, déposent une main courante contre ceux qui ont du sang sur les mains : le leur. A mains nues, le combat s'engage partout entre ceux qui ont la haute main sur les raccourcis intellectuels, sans jamais avoir eu les cartes en main, et ceux qui ont la main mise sur les affaires politiques, mais auraient besoin d'un coup de main pour garder la main. Ici et là, les premiers gagnent haut la main, ailleurs les seconds tentent de garder le coeur sur la main, mais tous auront les mains sales.
Quant à savoir qui manipule et qui a les mains liées... il te faudra soit mettre la main à la pâte pour le comprendre, soit t'en laver les mains et écouter Clap your hands en dansant en culotte dans ton salon.

Publié dans Grands mots, Sons

Partager cet article

Repost 0

commentaires

L'envers du décor.

Publié le par SaintLaz

Ingénierie tous azimuts

L'éveil de la façon dont les choses se font vient sans doute avec l'apprentissage de l'effet de cause à conséquences et se matérialise par les irréductibles Pouquoiiiiiii ? de nos chers enfants. Il en ressort le goût pour le démontage de la télécommande ou le dernier chapitre de chaque roman d'Agatha Christie où se réorganise tout le pourquoi du crime, avant le châtiment. Techniques ou sociologiques, les mécanismes se détricotent pour être mieux saisis, et, qu'il s'agisse d'une bonne émission de géopolitique ou d'une d'analyse filmique, la preuve par l'image consacre la victoire de saint Thomas sur la seule (bonne) foi, surtout en ces temps de victoire de l'image.
Toutefois, toutes les bonnes choses ont leurs limites, et on se méfiera des lectures biaisées de l'actualité (façon complotisme d'extrême-droite) et l'on saluera ceux qui se jouent de nous (façon Swagg Box d'Eric Antoine) parce que nous saurons faire la différence entre les fous qui veulent nous gouverner et les fous qui veulent nous distraire... Encore qu'ils se ressemblent, parfois. Mon conseil : avant de déclarer ta préférence, (re)lis, (re)vois ou (ré)écoute les gens qui ont été chercher les causes passées de nos conséquences actuelles. Politique (ou) spectacle, n'oublie jamais de savoir pourquoi l'herbe est verte, avant de choisir l'ailleurs. Nul ne doit être fan de Bieber ou de Poutine sans savoir ce qu'Universal Music et la SDN ont fait des terrains où ils agissent aujourd'hui - parce que jouir de l'instant est un plaisir éphémère, quand savoir est un plaisir durable.

Nous ne serions pas sur ce blog s'il n'y avait pas une bonne réflexion sur le sens de l'avis et son implication chez les artistes qui nous éclairent. C'est pourquoi je ne résiste pas à connecter cet article à ce qui fut mon clip de l'été, l'indescriptiblement sexy dans le ton et précieux dans la mélodie Open Saison de Josef Salvat, dont le clip indé déconstruit les clichés du genre - intelligence et bon son, que demander de plus ?

Publié dans Sons, Tendance, Les gens

Partager cet article

Repost 0

commentaires

L'Automne musical.

Publié le par SaintLaz

C'est dans l'air

C'est salutaire. Alors que chacun embrasse mollement les rives de l'automédication contre les rhumes de saison, que les mouchoirs fleurissent aux poches des passants et aux nez des enfants, la lumière décroît, le ciel s'éteint, souviens-toi ! L'Automne, ses pensées saturnales et la tendre chaleur de ses canapés où l'on s'aventure à réchauffer nos extrémités d'un thé aux essences improbables en écoutant enfin de la bonne musique, après les excès festifs de l'été. Et parce que Julien Doré a cru qu'on n'aurait pas remarqué que Le Lac et Paris-Seychelles ne sont que deux variations du même titre, on a cherché d'autres huîtres pour d'autres perles.
J'en suis donc vite revenu aux Fils du Calvaire. Trois garçons rompus à l'électro tous les genres et qui, depuis 2013, jouent une carte variétoche entre pop synthé et chanson ludique. Un clip intéractif qui parle aux sens et un album sorti en mars pour bercer tes voyages quotidiens en métro. Un son ni franchement mélancolique, ni complètement solaire, mais juste ce qu'il faut de désabusé, pour une joie de vivre en demi-teinte, mais bien là, pile parfait pour l'automne musical.

Publié dans Sons, De saison

Partager cet article

Repost 0

commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>