Sur la Terre comme au Ciel ?

Publié le par SaintLaz

Un point, c'est toi.
Tu sais qu'Obélix vient de l'obélisque, majestueuse colonne qui se voulait rayon de soleil figé dans la pierre, et qui n'est pas sans rappeler les menhirs façonnés par le valeureux Gaulois.
Quid d'Astérix ? L'astérisme est le fait de dessiner des figures avec des étoiles particulièrement brillantes, qu'elles soient simples (le Triangle d'été) ou complexes (la chevelure de Bérénice). Une façon pragmatique et ludique de repérer, nommer, trier, ordonner l'innombrable stellaire, en somme.
Beauté de la rencontre de la science (qui les observe) et de la poésie (qui les nomme) - en fait, de la religion - nos constellations de l'hémisphère nord sont héritées de Ptolémée (IIe siècle avant JC). Selon les points du monde, les astérismes changent : la Chine transposait la société et la ville (voir), la Polynésie, le monde marin (voir), les Incas nommaient également les espaces vides entre les étoiles (voir), etc. Lors de la découverte du ciel de l'hémisphère sud, à la Renaissance, on l'a à son tour découpé à coups d'animaux (Johann Bayer, 1603, puis Johannes Hevelius, 1690) et d'instruments de mesure (Nicolas-Louis de Lacaille, 1763) - et tu dois savoir qu'on a échappé à une christianisation des étoiles (constellations de Julius Schiller, 1627).

Dieux, figures tutélaires, monde animal symbolique, triomphe de la science : l'imagerie appliquée aux étoiles par les spécialistes s'impose à nous, qui conservons dans notre relative ignorance cette part de rêverie que le ciel étoilé a toujours véhiculé - héritage sans doute de la division du monde par les Grecs, les Enfers au creux de la Terre, les Dieux adorés au firmament.

Sur la Terre comme au Ciel ?

A ces étoiles religieuses et scientifiques se greffe le firmament populaire, celui qui allie le talent à l'éternité, accrochant la célébrité à un système d'étoiles (star system), qui s'écrit sur Hollywood boulevard outre-Atlantique comme au sommet du ballet de l'opéra de Paris. L'étoile, la star, deux réalités qui évoquent l'excellence et l'admiration, dans un processus de starification (dit-on communément) ou, dans notre bon français, de... catastérisation.

Tu penses que nos étoiles d'aujourd'hui sont rarement projetées dans l'espace ? C'est sans compter sur les astronomes du monde entier, qui font de nos étoiles des planètes - une rétrogradation qui ne tue pas : notre Jean-Claude Merlin, par exemple, a inscrit dans l'éternité les noms du Marsupilami, de Motörhead ou de Jaroussky. Et au vu de l'infinité du nombre des corps présents ans l'espace, ce n'est pas demain que la liste des vedettes portées à l'éternité s'arrêtera... même si une planète mineure n'est pas une constellation : nos prix Nobel de la paix, lauréats de l'Oscar du meilleur réalisateur ou médaillées olympiques en ski alpin - dieux, demi-dieux et héros modernes - n'auront qu'un walk of fame de second ordre, qui ne restera gravé que dans les mémoires et les registres d'astronomie, pas dans les livres d'histoire.

"Malheureux le pays qui a besoin de héros." nous disait Galilée (sous la main de Bertolt Brecht). Entre notre soif de figures tutélaires, qu'elles soient dans le paraître, l'être ou l'action (rarement les trois), et notre notion du temps de court terme, se trame la narration de la comédie humaine, et, manichéisme aidant (merci Hollywood...), à la consécration de formules myth(olog)iques anciennes et de créations contemporaines, à l'instar du nouveau-né American Gods, diffusé aux Etats-Unis depuis le mois d'avril.

Alors, de la réponse à une question téléologique sociétale ou de la puissance du dieu Dollar, quel tremplin se situe à la racine de nos catastérisations d'aujourd'hui ? Prenons notre lunette astronomique et admirons les étoiles d'hier, d'aujourd'hui et de demain, et la guerre pour briller dans un ciel surchargé, dans notre nuit sans fin, quittons la mythologie pour la science, et regardons de quoi sont faites ces étoiles, qui ne sont en fait que des planètes.

Longtemps, par prudence, j'ai regardé le monde caché derrière le masque d'un homme nommé Cary Grant. Cette façade était une protection. Mais c'était aussi un obstacle : qui pouvait me percer à jour si moi-même je n'arrivais pas à voir à travers ? Vous passez votre temps à vouloir devenir une star à Hollywood : et alors, quoi ?

Cary Grant, de l'autre côté du miroir

Publié dans La vie

Commenter cet article