Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
REASSEMBLAGES
REASSEMBLAGES
Menu
Les subtiles nuances du futile (Secret Story).

Les subtiles nuances du futile (Secret Story).

# I wanna see you on my screen, boy.

Bêtement, je pensais que Secret Story était un jeu où chaque candidat doit démasquer le secret des autres tout en préservant le sien. J'ai regardé une émission de la saison 9, et je réalise mon erreur : il s'agit d'un pétillant petit jeu de pugilat où des producteurs-scénaristes peu scrupuleux jouent à faire s'entretuer des jeunes gens au physique de poupées Mattel que l'ennui a réduit à l'état d'animaux doués de parole.

*****

Non, Secret Story est une fascinante expérience sur cobayes humains vivants. Oui, il s'agit de faire une étude sociologique sur les réactions de l'Homme en situation de vacuité débilitante.

 

# Le contexte : créer le vide.

C'est une expérience humaine terrifiante : ils sont coupés de la société, coupés donc de la réalité, des faits historiques, des gens. Que peuvent-ils donc développer, sinon eux-mêmes ? Et bien même ça, ils ne le peuvent pas : ils sont réunis entre gens de la même caste, selon les mêmes profils (glandeurs, dragueur/allumeur et susceptible)(pour ne pas dire, pour cette saison, blanc, hétéro, jeune, IMC de mannequin et QI d'huître), mais suffisamment différents en centres d'intérêt pour ne pas pouvoir discuter de choses plus variées (politique, culture, économie, loisirs, sport...). Coupés de tout contexte leur permettant d'entretenir leur activité cérébrale - faute de grives, comme on dit - ils se replient sur ce qui les réunit : l'expérience de la captivité et leur jauge les uns des autres. Voilà leur seul sujet de conversation : ce qu'a fait truc, ce qu'a dit machine, ce qu'a eu l'air de faire bidule, ce que j'ai compris de ce que biloute a dit. Et nous y voilà : pour mettre du piquant, mais aussi sous l'effet du souvenir de la compétition, ils créent alliances et inimitiés, et leurs joutes verbales au vocabulaire pauvre et au registre de langue vulgaire devient le haut lieu de la sociabilité au sein d'un groupe de gens jeunes et en bonne santé. Bravo TF1.

On peut s'en moquer, mais à y réfléchir, TF1 ne fait que surfer sur une vieille tendance : les jacasseries que l'on attribuait aux vieilles femmes que l'inaction a réduites aux commérages, les jugements de valeur, les calculs, la veulerie, la tromperie, la trahison. Quelque part, Secret Story n'est rien d'autre qu'une émission qui réactualise les jacasseries de village des campagnes de nos grand-mères. La nuance ? Le village est désormais mondial.

 

# Le contenu riche de néant

Tu me diras que je joue avec les mots, mais le paradoxe n'est pas si évident à détricoter. Ils n'ont aucun réel enjeu, puisque les secrets gardés ou dévoilés ne sont pas le coeur de l'émission, ils ne bossent pour aucune association qui rendrait la chose tolérable, et n'ont même pas à travailler pour gagner leur toit, leur nourriture, leurs fêtes, leurs fringues. Faute d'occupation réelle, la petite bande de rats de laboratoire utilise son temps à ne rien faire sinon se draguer et se pourrir - et les petites mises-en-scènes lancées par la prod par le truchement de la Voix n'apportent que de l'eau à mon moulin : "aujourd'hui, tu vas chercher à draguer Machine", "ta mission, c'est de t'associer à Truc pour que Bidule doute de toi". Niveau cour de récré de CM2 (le début de l'âge bête). Pire encore : aucune de leurs actions ne leur est même bénéfique à eux-mêmes : que peuvent-ils retirer, aujourd'hui, de leur participation à ce jeu, à part l'éphémère célébrité warholienne ? A part le star-system people basé sur aucun talent, ils ne peuvent espérer aucune reconnaissance sociétale, politique, culturelle, économique ou même simplement humaine sur le long terme. En revanche, ils sont promis aux problèmes professionnels, psychologiques et relationnels durables. Sans aucune assurance pour ça. Mieux vaut se ridiculiser à la Star Ac'.

 

# Messies de la médiocrité (malgré eux ?)

Qu'est-ce qu'une émission télé ? Un programme vidéo dont le contenu est choisi par le producteur et destiné à un auditoire. J'ai donc regardé Secret Story, cherché son message, son auditoire, sa forme.

Objectivement, l'exemple que l'émission offre à ses spectateurs n'est ni celui de la charité, de la sympathie ou l'entraide, mais celui du clanisme, de l'orgueil et la bêtise. Faute de mieux, et parce qu'on encourage les prisonniers candidats dans cette direction. C'est que TF1 sait bien à qui elle s'adresse : à des spectateurs dont la journée a été intellectuellement tellement riche qu'ils ont besoin de se reposer avec des choses futiles, de se distraire avec des choses simples : ni passionnantes histoires, ni discussion philosophique, ni débat géopolitique, ni théories de l'art, non, il faut à ces esprits très animés le calme d'un grand vide, le spectacle de la légèreté. Et on le sait bien : non seulement le client est roi, mais la course à l'audimat fait que l'on flatte le spectateur dans le sens du poil (dans la main).

Penchons-nous donc non sur ce qu'ils font (c'est-à-dire : rien), mais sur ce qu'on nous montre d'eux (en théorie, rien, mais voyons un peu). Il suffit de voir le site de l'émission (http://www.tf1.fr/tf1/secret-story). Quels sont les points mis en avant ? "sexy", "wtf", "clash" - On aime tous ça, a priori. Mais pas que ça, et c'est ce que semblent avoir oublié les gentils organisateurs de l'inertie cérébrale qu'est Secret Story. Un gag séparé de son contexte est drôle, mais pas un trait d'esprit. En ayant tout coupé de son contexte, il ne peut donc plus rester que le superficiel.

On ne peut pas blâmer les candidats : que ce soit par nature, par ennui ou par calcul, leur apparente bêtise n'est que le jour sous lequel on les montre, bien entendu.

*****

Mais tant qu'il y aura des spectateurs...

...il y aura des gens pour profiter de leur faiblesse.