Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
REASSEMBLAGES
REASSEMBLAGES
Menu
Lumière sur les hommes de l'ombre - Dix pour cent

Lumière sur les hommes de l'ombre - Dix pour cent

Coulisses

Il y a la grande Histoire, et les petites histoires. Un cénacle de figures tutélaires et une éternité d'anonymes. A la lumière de nos dieux vivants, passés ou actuels, il y a nous, d'hier et de demain, cortège d'âmes inconnues et oubliées. Une vie à l'ombre des jeunes filles en fleur des turpitudes de la célébrité, et de ce qu'elle implique de responsabilité. C'est sans compter que les éminences grises sont toujours dans l'ombre.

Ainsi il y a ceux qui font le spectacle - ceux dont on n'oublie(ra) pas les noms - et ceux qui les font ; et ils sont nombreux. Des producteurs aux assistants, des auteurs aux techniciens, des arrangeurs aux petits mains. Et dans ceux qui font et défont les projets, il y a les agents. Une profession dure et exigeante, qui épuise plus qu'elle ne satisfait, où 90% des efforts sont infructueux, et où on ne touche que 10% du poulain qu'on entraîne. C'est tout le sujet de la série star de France Télévisions qui revient sur nos écrans pour sa seconde saison, Dix pour cent, produite par Dominique Besnehard, Michel Feller, Cédric Klapisch, Aurélien Larger et Harold Valentin.

A l'instar de sa production et de sa réalisation, Dix pour cent est un phénomène choral : personne n'y prend l'ascendant, tous les rôles s'équilibrent dans l'intensité de leurs histoires. Une agence d'acteurs, 4 agents, leurs assistants, leurs vies perso et leurs clients vedettes (avec tout ce que l'art, la célébrité et la vie quotidienne ont de palpitant) : voilà les ingrédients de l'objet. Le ton oscille entre le drame et la comédie, sur un format 52 minutes (6 épisodes par saison) : de quoi attiser l'appétit, sans se perdre dans les méandres que l'on dessine souvent soi-même.
L'intérêt de Dix pour cent, c'est l'intrication de la relation star/pas star. Fondamentalement, la star, c'est le client, la vedette de cinéma pour qui nos agents travaillent. Mais dans cette série, les stars sont les agents : les clowns blancs sur qui tout repose. Mais dans leur agence, les stars sont leurs assistants, les augustes délirants qui font tout tourner à la catastrophe. Ainsi, d'Isabelle Adjani en auto-parodie à son agent, Mathias, qui tente de camoufler une bourde du passé, à son assistante Noémie qui aligne les bourdes pour camoufler la bourde. Inception des statuts, comme dans toute bonne hiérarchie. Leçon de vie, aussi, qui nous rappelle que si l'Histoire est sélective, nos petites histoires quotidiennes sont absolument passionnantes.