Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
REASSEMBLAGES
REASSEMBLAGES
Menu
L'envers du décor - Dix pour cent.

L'envers du décor - Dix pour cent.

Mise en abîme.
Oui, on entend partout parler le génial créateur de Dix pour cent, Dominique Besnehard, en oubliant qu'il n'est qu'à l'origine de l'idée, et encore pas seul, avec le producteur Michel Vereecken et l'auteur Julien Messemackers, que l'on ne voit jamais devant les caméras. N'est pas cabot qui veut.
Mais pire encore, on oublie que la seule et unique créatrice de la série, celle qui a tout repris, toute seule, de A à Z, parce que les trois compères étaient incapables de monter un projet convaincant, c'est la scénariste Fanny Herrero. Et que la première saison naît de l'équipe qu'elle monte autour d'elle, 5 filles 1 garçon : Anaïs Carpita, Camille Chamoux, Benjamin Dupas, Sabrina B. Karine, Eliane Montane. De quoi remettre Dominique à sa place, normalement. Mais le star system est ce qu'il est, voyez-vous...
La série raconte les tribulations d'agents d'acteurs. On la consomme en se disant qu'ils ont des vies qu'on n'imaginait pas - même s'il manque la partie paperasse, parce qu'on est en France, n'oubliez pas. Et, la fin de l'épisode venue, on se dit qu'absolument TOUS les êtres humains que l'on a vus dans cette série sont des ACTEURS. Et que donc, pour monter cette série, il a fallu que ce petit manège se passe aussi dans la réalité, loin des caméras - une série dans la série, avec une floppée d'agents, des négos, des crasses, des égos, des artistes, des cadeaux, des vies perso, et sans qu'on en parle jamais, des techniciens aux costumes, à l'écriture, aux lumières, aux décors, à la caméra, au montage, à la musique.

Et bien tiens, parlons-en, de la musique. Deux morceaux principaux ornementent la série : les génériques, qui ouvrent et ferment chaque épisode de la même façon. Le rock et joyeux générique d'ouverture, classe dans ses cordes, cosmopolite dans sa guitare, à la voix soul qui donne le rythme. Le tendre et mélancolique générique de fin, à l'intimité feutrée, qui résonne comme une respiration après le bruit et la fureur. Les génériques sont des objets essentiels, dans une réal : ils sont la première et la dernière chose que le spectateur voit et entend. Cédric Klapisch, directeur artistique de la série, a donc soumis le nom de Kraked Unit, avec qui il avait collaboré sur plusieurs de ses films (dont Paris, Ma part du gâteau, Les Poupées russes...). Applaudissons donc les camarades Loïk Dury et Christophe Minck pour le travail sur Dix pour cent.

Nous connaissions Dury du temps où il œuvrait sur Radio Nova : c'était le temps des mixes racés, à l'énergie maîtrisée, parfaits pour danser et pour découvrir. Une interview assez complète (mais sans son) nous fut offerte par Simon Kinsky Znaty pour Le Bonbon. Mais de Loïk Dury, je ne suis pas le spécialiste. Laissons Max Dozolme de France Musique le cerner un peu.