Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
REASSEMBLAGES
REASSEMBLAGES
Menu
Britney déprime, je t'assure.

Britney déprime, je t'assure.

J'avais déjà écouté la dernière rondelle le dernier disque de Britney, si tu te souviens bien, et j'avais pas trouvé ça folichon. Après avoir subi, comme tout le monde, le matraquage intempestif de Hold it against me, 'Til the world ends et I wanna go depuis le mois de mars, je commence à me faire l'oreille à son auto-caricature sonore. Pire : je trouve presque un charme certain à I wanna go. Pourtant, en étant attentif, je me suis dit ... Punaise, Britney est en pleine déprime ! Elle va se foutre en l'air ! Voilà comment je suis arrivé à cette conclusion :

 

# Le message caché dans les titres

Hold it against me ? 'Til the world ends ? I wanna go ? Mis à la suite, ça donne "Hold it against me, 'til the world ends, I wanna go", soit "Tu peux me le reprocher, (mais) jusqu'à ce que le monde finisse, j'(aur)ai envie de mourir". Flippant.

 

# La symbolique de l'image

Dans le clip de Hold it against me, elle fait le point sur sa carrière (tous ses clips dans les télés, son âme blanche comme sa robe) mais choisit de tout salir (le coup des gants et de la peinture) et même de se détruire (fight Brit vs Brit au ralenti). Le clip commence dans la sérénité blanche et pure, et finit dans l'enfer noir et brûlant.

 

 

# Le paradoxe

Dans 'Til the world ends, elle se met en scène en survivante à la fin d'un monde (le sien ?) et dit "keep on dancin' 'til the world ends", alors que, précisément, pendant que son monde s'effondrait (2005-2008), elle a arrêté de danser. Mais siii, rappelle-toi le clip de Gimme more (où elle sortait déjà cette histoire de double maléfique) ou même sa contre-perf aux MTV Music Awards (soit disant à cause d'un talon qui casse au début), rappelle-toi comme elle était grosse et dansait mal, preuve que même quand le world ends, elle ne keep pas on dancing.

 

# Les paroles qui font froid dans le dos

C'est en cherchant à chantonner au plus juste I wanna go que je me suis vraiment inquiété. Lis plutôt :

Lately I've been stuck imaginin' what I wanna do and what I really think : time to blow out.

> En ce moment, quand je cherche ce que je veux faire et ce que je pense vraiment, je sèche : faut que j'explose.

Be a little inappropriate 'cause I know that everybody's thinking it, when the light's out.

> Sois inconvenante, de toute façon c'est ce qu'ils pensent tous, hors caméra.

"Shame on me to need release uncontrollably !"

> "Honte à moi d'avoir un incontrôlable besoin de souffler !"

I wanna go all the way, taking all my freak, tonight !

> Je veux aller jusqu'au bout, j'accepte tout ce que j'ai de bizarre, ce soir !

I wanna show all the dirt I got running through my mind ...

> Je veux montrer toute la boue que me salit le cerveau ...

Lately people got me all tied up ; there's a countdown waiting for me to erupt : time to blow out.

> En ce moment, les gens me tiennent ligotée, il y a un compte-à-rebours avant que je m'énerve ... Faut que j'explose.

I've been told "Do what you do with it", we keep both my hands above the blanket when the light's out.

> On m'a dit "Fais-en ce que tu veux", nous me retenons de faire des bêtises, hors caméra.

Reconnais-le, elle est au bord du blackout. D'un second, même, si tu y songes bien : BlackOut est sorti en 2007 et contenait Gimme more, Piece of me, ou encore Radar. Le plus étonnant, dans ces paroles, c'est encore cette dernière phrase. De quoi fait-elle ce qu'elle veut ? Et qui l'empêche, au final, de faire des bêtises alors qu'elle peut faire ce qu'elle veut ? Veut-elle dire que le monde lui tend des pièges qu'elle n'a plus toujours le discernement de voir, et qu'elle a besoin d'être assistée pour décider, telle Liliane Bettencourt ?